Microbio

Sophie de Rospotchine est née en 1799 à Saint- Pétersbourg, morte en 1874 à Paris, elle avait 75 ans. En 1817, elle est contrainte de rejoindre la France avec ses parents . Deux ans plus tard, elle y épouse le comte de Ségur avec qui elle aura 8 enfants. C’est en partie grâce à eux mais aussi à ses nombreux petits enfants qu’elle publiera une vingtaine de romans. Ceux-ci lui inspireront la plupart de ses personnages, tous très attachants.

Ses points forts

Dans chacun de ses romans, la comtesse dessine les contours d’une bonne éducation, éducation au cours de laquelle priment l’amour, la bienveillance, le respect et la discrétion. Elle prône le bien et condamne le mal, la maltraitance de l’enfant et de l’animal. Elle défend le plus simplement du monde des valeurs fortes, des valeurs qui tout au long de sa vie la portent. Ces valeurs nous semblent parfois disparues mais si l’on y croit, rien est jamais perdu ! Elle vous incite, chers parents à les inculquer mais ne voudra jamais vous forcer. Pourquoi pas essayer ?

Ses romans

Voici ci-dessous cinq de ses romans qui m’ont particulièrement marquée. Peut-être les apprécierez vous également ? Pour le savoir, lisez les tout simplement !

Il y a bien sûr la fameuse trilogie :

- Les malheurs de Sophie (1858)

- Les petites filles modèles (1858)

- Les vacances (1859)

Je voudrais également vous conseiller deux romans indépendants :

- Les mémoires d’un âne (1860)

- L’auberge de l’ange gardien (1863)

Tous ces romans s’adressent avant tout aux jeunes enfants mais je vous assure qu’il est très utile de les relire à l’âge adulte, en portant sur eux un regard différent. Cela instruit, cela détend. Vous pouvez également en découvrir ou redécouvrir d’autres mais je ne vous en demande pas tant:)

 

Ségur