La fameuse académie est crée en 1635 pour travailler la langue française, la rendre éloquente, belle et pure. Cela peut paraître dur ! On compte habituellement 40 membres, 35 aujourd’hui. Ces derniers se réunissent chaque semaine, à 15h, le jeudi. Chaque premier jeudi de décembre, ils accueillent le public. Bien que vous et moi ne puissions devenir immortels, je me permets de vous donner les modalités pratiques.

Plusieurs mois après le décès d’un académicien, jamais plus d’un an, son siège est déclaré vacant. S’ils ont moins de 75 ans, les auteurs sont autorisés à poser leur candidature. Élus à vie, ils se lancent dans une sacrée aventure ! Pour avoir cette chance, ils doivent obtenir la majorité absolue, l’approbation du président de la république (protecteur de l’institution). Ils leur faut également prononcer le discours de réception, et ce lorsque leur sont remis leurs épées (à l’origine, signe d’appartenance à la maison royale) et habits (costumes ou tailleurs ornés de broderies). Tout cela est sans doute source de bien des émotions ! Mon Dieu non, je n’ai pas cette prétention !

Les académiciens se voient investis de diverses missions. Ensemble, ils composent différentes commissions. Il y a non seulement les commissions sociale et administrative (paperasses, attribution de bourses, etc) mais également la commission pédagogique, la commission du dictionnaire ainsi que la commission littéraire.

Cette dernière ne se contente pas de décerner son Grand Prix. Dans bien des disciplines, elle récompense aussi. Si vous permettez, je vais prendre le temps de les citer. Il y a d’abord le théâtre et le cinéma, , l’histoire, la sociologie et la philosophie. Je n’oublie pas non plus le célèbre prix Nobel de littérature, les romans ni la francophonie. Enfin, il est question de poésie.

Chers particuliers, lors d’une visite, vous vivrez un moment fort sous la grande coupole. Si vous êtes enseignants en collège ou lycée, vous pouvez vous y rendre dans le cadre d’une sortie scolaire. Croyez moi, c’est une bonne chose à faire ! Dans un tel cas, la visite des locaux sera suivie d’un échange thématique. Ceci me semble bien sympatrique !

Je crois vous avoir tout dit. Si vous avez pris le temps de me lire, alors je vous remercie. A l’académie comme au cœur de mes pages, vous êtes toutes et tous les bienvenus. Je vous quitte en citant quelques noms connus comme celui de François Cheng, d’Erik Orsenna ou de Jean D’ormesson qui nous a quittés. Ne vous en faites pas : nous allons très vite nous retrouver !

 

Académie