Vous avez l'habitude d'utiliser les différents signes de ponctuation, la typographie pour rédiger des textes simples ou documents de la vie courante. Tout comme moi, vous êtes peut être des lecteurs avertis. Au fil de mes lectures, j'ai rélisé que chacun de ces signes remplissait une fonction spécifique, avait un rôle à jouer auprès des lecteurs. Par le biais de cet article, je me propose de vous renseigner davantage sur le sujet. C'est parti!

Le point d'interrogation peut non seulement indiquer que l'on se pose une quelconque question, réthorique ou non  mais aussi une profonde remise en cause. Grâce à lui, les personnages placés au coeur d'une intrigue peuvent réciter un monologue intérieur, se chercher ou se torturer l'esprit. Enfin, ce signe fort permet parfois d'interpeller le lecteur. Celui-ci réfléchit avec vous, participe à sa façon.

Le point d'exclamation traduit de fortes émotions. Il peut s'agir de la colère, de la trstesse avec toutes ses nuances ou encore de la surprise. Tout comme le signe précédent, il souligne un état de choc, une situation incontrôlée.

Grâce aux deux points, vous pouvez faire toutes sortes d'annonce, faire ressortir les informations qui vous paraissent importantes. Je veux ici parler de causes ou raisons diverses, d'évènements passés ou à venir. En visualisant ce signe, le lecteur s'attend à une révélation. Il veut être fixé, obtenir la ou les réponses recherchées.

la virgule vous permet de marquer des pauses volontaires ou de rythmer vos écrits, qu'il s'agisse ou non de récits. Ainsi, le lecteur ne se lasse pas, il a la patience de terminer de longues phrases. Attention toutefois à ne pas trop rallonger la sauce!

Les points de suspension riment quant à eux avec suspense, lassitude ou économie. En effet, mieux vaut éviter de lister des éléments à l'infini. De plus, lorsque vous ne savez plus quoi dire, ce caractère usuel remplace vos mots. Ils vous donne l'occasion de coucher votre silence sur le papier. Pourquoi se priver?

Les majuscules ne marquent pas seulement le début de vos phrases. Elles peuvent aussi être synonyme d'insitance, vous éviter d'inutiles répéttions et marquer l'esprit de votre lectorat. Si par exemple vous écrivez le mot RIEN  ou encore l'expresion Il ME FAUT en lettres capitales, vous mentionnez un besoin vital, une insupportable monotonie, un vide difficile ou impossible à combler.

Ecrits en gras ou soulignés, vos mots prennent du relief. Vous les faites ressortir de façon claire et donnez des repères à vos lecteurs qui même en survolant vos écrits peuvent en retirer l'essentiel. Enfin, la police italique donne l'oportunité de dire tout haut ce que l'on pense tout bas, de parler sans être entendu. Le lecteur suit le fil de vos pensées mais les personnages ne sont au courant de rien. Pas mal non?

Je ne suis pas une experte en la matière mais espère vous avoir aidés à mieux utiliser la ponctuation sans pour autant en abuser. Si vous doutez de ces différents effets, pourquoi ne pas les tester?

 

ponctuation