Prête moi ta plume

14 juillet 2019

Bonnes Vacances!

Voici venues les vacances

Le temps de toutes les errances

Je laisse voler mon esprit

M'autorise toutes les folies

 

J'embarque pour de grands voyages

A la mer, dans les nuages

Plus rien ne peut m'arrêter

Jusqu'au bout, j'veux profiter

 

Je veux voir ma vie en rose

J'veux découvrir plein de choses

Mon Dieu, j'ai bien trop à faire

Pour penser à la grammaire

 

Je ne veux penser à rien

Je suis heureuse, je suis bien

J'ai vaiment beaucoup de chance

Je vous souhaite de bonnes vacances!

 

Vacances

 


21 avril 2019

Les mangas

Depuis les années 1860, les japonais possèdent leur bande dessinée nationale : le manga. Dés 1990, celle-ci a été exportée en France. Ce n'est pas une bande dessinée comme les autres. Elle s'écrit en plusierus volumes et se lit de droite à gauche. Elle se présente sous la forme de courts romans, toujours édités en noir et blanc. 

Dans un premier temps, les mangas paraissent dans des magazines qui leur sont consacrés. Ils  seront ensuite reliés ou adaptés en fonction du succès rencontré. Ils peuvent par exemple se transformer en jeux vidéo ou dessins animés. Dans la culture locale, ils ne sont jamais conservés. Une fois lus, ils sont abandonnés dans un bus ou une rame de métro. Ceux et celles qui les trouvent les lisent gratuitement : ils ont un sacré pot!

Ces ouvrages sont intergénérationnels et traitent tous types de sujets. Il en existe différentes formes mais les plus connus restent le shônen (roman d'aventure destiné aux garçons) et le shojo (histoire romantique pour les filles). Peut -être n'en avez vous jamais lu ou voudriez vous essayer? J'en suis sûre : vous trouverez chaussure à votre pied!

 

manga

 

La semaine de la presse et des médias à l'école

Du 18 au 22 mars 2019, dans tous les établissements scolaires français s'est déroulée la trentième édition de la semaine de la presse et des médias à l'école. Cette édition avait pour thème l'information sans frontières. Il s'agissait non seulement de s'ancrer dnas les programmes scolaires mais également d'encadrer l'usage des outils numériques.

Les enfants et adolescents du pays ont pu découvrir la presse écrite dnas son sens large, identifier les sources et catégories d'inofrmations. Ils savent donc ce que sont une fake news ou un canal de diffusion. Ils ont conscience de devoir combattrre la dsinformation. Ils se savent chanceux de pouvoir bénéficier de la précieuse liberté d'expression.

Avec leurs enseignants, ils ont pris part à des ateliers ou monté différents projets. Dans l'académie de Bordeaux, des collégiens ont créé leur propre web radio. D'autres élèves ont rencontré des journalistes professionnels ou même assisté à une conférence de presse donnée par notre actuel ministre de l'éducation, Jean -Michel Blanquer. D'autres encore ont conçu leur propre journal et donc rédigé leurs premiers articles.

Tous ont pu acquérir du vocabulaire spécifique et trravailler sur différentes images. Avant cette date, peut-être lisaient ils des brochures ou magazines. Si tel est le cas, il ne faut pas s'arrêter là. Sinon, je vous en proe, ne les blâmez pas. Les journaux existent mais il n'y a pas que ça. Ils peuvent lire des romans, des contes ou des bandes dessinées. L'important pour eux est de rester en contact avec la langue de Molière en mesurant toute sa richesse, en découvrant ses multiples nuances.

Il n'est jamais trop tard pour saisir une telle chance!

Je ne connais pas encore le thème abordé l'année prochaine mais vous tiendrai au courant quoi qu'il advienne :)

 

journal

 

 

26 mars 2019

Le mot magique : épisode 1

Aujourd'hui, je m'intéresse à ....... la chance.

D'après le dictionnaire, ce mot a trois sens. Il s'agit d'abord d'une plus ou moins forte probabilité. Nous aurons ou non des chances de voir quelque chose arriver. Il est évidemment impossible de tout anticiper. Nous serions cependant idiots de trop vite renoncer. Il faut y croire, se donner les moyens de voir nos projets se concrétiser. C'est le cas du livre que je suis en train de rédiger. Peut être pourrais je un jour le publier? L'avenir me le dira et je ne cesserai d'espèrer! 

Je vous parle là d'heureux évènements mais les choses tournent parfois autrement. Dans ce cas, mieux vaut éviter de trop paniquer. Cela peut paraître difficile mais une telle réaction peut nous aider, voire même nous sauver. Efforçons nous d'essayer!

Les lexicographes considèrent également la chance comme une amie proche du hasard. Elle n'est pas toujours de notre côté mais tourne tôt ou tard. Il faut parfois la provoquer et surtout attendre de voir. Elle est à la fois fortuite et relative : vous ne tarderez pas à le savoir. Si vous la rejetez, vous risquez de ne jamais la rencontrer. Souvenez vous : la vie est une succession d'expériences dont vous aurez toujours quelque chose à tirer.

Pour terminer, je vous dirai que le mot chance est synonyme d'oportunité. Il faut savoir la repérer et ne surtout pas la laisser passer. Si elle croise votre chemin, saisissez là à pleines mains. Je comprends que certaines circonstances vous poussent à réfléchir. Sachez tout de même que nous, êtres humains, sommes enclins à découvrir. Vous pouvez parfois hésiter mais il vous faut tout faire pour ne rien regretter!

La chance, vous l'avez sûrement déjà cotoyée. Elle vous a fait rire, sourire ou pleurer. Peut-être avez vous envie d'en parler. N'hésitez pas à témoigner. Ensemble, nous prendrons plaisir à échanger! Dans tous les cas, c'est promis, je reviendrai! Sur d'autres mots ou cncepts, je prendrai le temps de me pencher!

 

trèfle

 

 

 

 

 

Passez moi l'expression : épisode 4

C'est une autre paire de manches

Le Grand Larousse définit une manche comme étant la parite d'un vêtement qui entoure le bras. Or, cela ne s'est pas toujours passé comme ça. Ces morceaux de tissu ont longtemps été détacheables et interchangeables. Rassurez vous : ils n'ont tout de même jamais été jetables! Les gens pouvaient les passer ou les retirer en fonction du lieu dans lequel ils prenaient plaisir à déambuler. Par de plus ou moins bonnes ambiances ou soirées, ils étaient également largement influencés. 

Une paire de manches pouvait être offerte à des hôtes ou invités. Dans leur creux, de nombreux objets pouvaient se cacher. C'est pourquoi, cette expression populaire a très vite été déformée. On a d'abord dit pouvoir "mettre quelqu'un dans sa manche" puis "se mettre quelqu'un dnas la poche".

Oui, les langues évoluent. Vous êtes loin d'avoir tout vu! 

 

couturière

 

 


11 mars 2019

Le précis

Nombreux d'entre nous croient que pour transmettre des connaissances ou savoirs-faire, il est préférable d'écrire un essai. Ils se mettent alors la pression, certains de ne pas y arriver. Par le biais de ce court article, je voudrais tous et toutes les rassurer : le précis, c'est bien aussi! Professionnels qualifiés, leurs auteurs travaillent vite et bien. Leurs écrits nous sont bien utiles. Il faut dire ce qui est : ils tapent en plein dans le mille!

Pour nous instruire et nous informer, ils rédigent de petits manuels qui ne contiennent rien que l'essentiel. Pour être accessibles au grand public, ils s'expriment dans un langage semi-technique. Les termes consacrés sont bel et bien employés mais pour le reste, les choses sont simplifiées. Dans un style direct, ils titrent les différentes sections. Leurs paragraphes ne sont jamais très longs. L'usage des tirets peut souvent dépanner. C'est bien pratique et c'est fait exprès! Ces ouvrages ont une vocation initiatrice. Ils s'adressent en priorité aux étudiants ou novices. Pour se cultiver, apprendre des choses ou les synthétiser, tous ces gens pourraient lire des pavés. Les précis existent : ils n'y sont pas obligés!

Prenons l'exemple du docteur Jacques Chazeau dont l'ouvrage s'intitule précis de psychologie de l'enfant.   Tout au long de ce fascicule, l'auteur nous renseigne sur les phases de développement de l'enfant (foetus, nourisson, jeune enfant ou adolescent), les différentes compétences acquises (capacités motrices et l'engagières, développement du psychisme, socialisation, rôle du jeu ou du dessin). Le livre ne compte qu'une centaine de pages mais cela suffit. Je n'y connaissais rien et j'ai tout compris!

 

cible

17 février 2019

Les phrases en or : épisode 6

Si tu ne veux plus évoluer, alors tu commences à mourir.

Aujourd'hui, je vous retrouve avec grand plaisir pour commenter deux nouvelles citations de l'une de mes trois muses : Laurent Gounelle. Vous le savez : cet homme est un passioné de sciences humaines. Il cultive un intêret marqué pour la psychologie et le bien être de chacun de ses lecteurs. A sa façon, il nous accompagne sur le chemin du bonheur.

Dans plusieurs de ses romans à messages, il nous parle d'évolution. Une fois de plus, je lui donne raison. Pour se sentir vivre, un individu doit évoluer. Reste à savoir comment définir ce verbe français! Evoluer peut signifier vivre des expériences, écouter ses envies, faire et concrétiser de multiples projets. Selon moi, il faut saisir chaque oportunité. Dans la joie comme dans les épreuves, il faut garder l'espoir et s'accorcher. Le pessimisme et les ruminations, ne devrions les mettre de côté.

Cependant, mieux vaut ne pas trop s'emballer. Je vous le dis pour vous éviter d'être frustrés, déçus ou contrariés. Si vous vous laissez envahir par de tels sentiments, ceux -ci prendront le contrôle et ne se gèneront pas pour vous stresser. Vous prendrez alors le risque de multiplier les effets secondaires, tant physiques qu'hormonaux ou psychologiques. Croyez moi, c'est pas bien folichon. Vous ne méritez pas tant de pression. Ecoutez vous, sans jamais vous voiler la face. Prenez toutefois le temps de penser aux conséquences pour ne rien regretter et toujours pouvoir vous regarder dans la glace! Les émotions négatives, mieux vaut les laisser partir à la dérive!

Pour évoluer, il ne faut en aucun cas s'enfermer. Il faut prendre des risques et avancer d'un pas décidé vers la nouveauté. Je vous conseille donc de croquer la vie à pleine dents, tels des affamés. Pour vous y aider, vous pouvez faire preuve d'ambition, espérer gravir un échelon ou obtenir une promotion. Tâchez toutefois de ne pas trop en vouloir, sans quoi vous finiriez par broyer du noir. Sachez reconnaître ce dont vous avez réellement besoin et ne poussez pas le bouchon trop loin. Le changement n'est pas forcément la solution. Posez vous donc les bonnes questions!

Nous venons de le voir ; la notion d'évolution s'apparente à celle de progression. C'est la raison pour laquelle je vous propose cette seconde citation.

Ce n'est pas en disant aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre qu'on les aide à évoluer. 

Nous tenons bien sûr à nos proches et voudrions les voir se réaliser. Ils le souhaitent mais ne savent pas forcément comment procéder. Pour leur permettre d'évoluer, il nous faut leur parler franchement. Aussi bizarre que cela puisse paraître, nous devons les secouer doucement. Nous devons exprimer le fond de nos pensées sans les brusquer. S'ils nous connaissent, ils comprendront que nous voulions seulement les aider. Ils prendront du recul et cretaines décisions. Ils feront des choix, pèseront chaque option. Après une longue réflexion, j'en suis certaine, ils nous remercieront!

En avril 2018, j'ai fait un choix difficile : celui de me faire aider. Je fais confiance à un thérapeute pour me remettre sur le droit chemin. Je veux guérir et me sentir bien. J'avance à petits pas mais je ne regrette rien. Je ne suis pas l'homme de cromagnon mais un joli papillon.  C'est la plus dure décision que je n'ai jamais prise mais un jour je pourrai m'envoler. Lorsque je serait prête, je partirai de mon plein gré. Je serai enfin libérée et ne laisserai rien ni personne me manipuler. Croyez moi: si l'on s'est bien renseignés, il faut oser. La vie, il faut à la fois l'aimer, la savourer et l'affronter.

Vous l'aurez compris : pour soi et avec les autres, il faut songer à évoluer sans rien exagérer!

 

évolution

 

 

 

 

 

 

16 février 2019

La boite à outils

Souvenez vous : dans l'un de mes articles, j'ai fait plusieurs comparaisons entre l'écrivain et d'autres professionnels. Je voulais vous aider à raisonner, vous permettre d'ouvrir votre esprit et de vous considérer en artistes amateurs. Ce matin, après quelques semaines d'absence, je reviens vers vous pour faire l'inventaire des outils pouvant vous être utiles pour assouvrir votre passion. Oui, le talent c'est bien mais ça demande de l'entretien!

Je pense bien sûr à votre ordinateur personnel. Vous pouvez y stocker toutes sortes de fichiers classés dans des dossiers spécifiques. Pour les retrouver ou les actualiser, c'est bien pratique. Je vous vois venir : Marlène, de quels fichiers voulez vous parler? Je vais donc les lister pour répondre à votre question, sans précipitation. Je parle évidemment des fichiers supports de vos écrits mais aussi de fiches méthode ou de synthèse, de trames détaillées, de listes plus ou moins allongées. Je n'oublie pas non plus vos études de marché, vos lettres d'accompagnement. Sans elles, vos ouvrages ne seront pas présentés correctement. Sur les fiches de synthèse, vous résumrez les livres qui vous auront intéressés. Vous le ferez parce que vous avez beaucoup à en tirer. Je vous parle de listes parce qu'il est bon de savoir quels livres lire ou quelles idées défendre.

Venez en maintenant à la papeterie. Je vous suggère de vous munir de cahiers et bloc notes (un par ouvrage), d'un stylo quatre couleurs et de deux calepins. Vous vous demandez pourquoi, hein? Le premier carnet vous permettra de noter les idées que vous pourrez attraper pendant la journée ou durant une soirée. Ainsi, avec vos projets, vous ne serez jamais déconnectés. Il faut en effet l'éviter : ce sont comme des bébés que vous portez. Un jour, vous accoucherez! Le second carnet regroupera de nombreuses citations. Elles vous viendront d'auteurs qui vont vous inspirer. Leurs propos, vous y ferez référence ou les reformulerez. Sur vos bloc notes, vous élaborerez des trames mentales. Il s'agit d'idées générales, des choses que vous voulez absolument mentionner et donc ne pas oublier. Ensuite, sur vos cahiers, ces trames, vous pourrez les détailler. Vous ferez apparaître des chapitres, parties ou sous parties. Pour ma part, j'inscris en vert les exemples que je compte untiliser et en rouge les auteurs qui m'ont aidée.

Bien sûr, vous devez vous servir de votre vécu, de celui de vos proches ou d'anonymes. Votre sens de l'observation et votre esprit d'analyse ne doivent jamais cesser de se développer. Une fois les trames élaborées, vous pouvez commencer à rédiger. Pour ce faire, deux dictionnaires peuvent éventuellement être feuilletés. Il y a le dictionnaire des synonymes et des contraires mais aussi celui des genres et notions littéraires. Avec de tels ouvrages, vous enrichirez votre lexique en évitant les répétitions. Pour gagner en crédibilité auprès des édituers ou intéresser vos lecteurs, voilà une bonne solution.

Pour vous immerger dnas le milieu littéraire, vous pouvez également regarder diverses émissions. Il vous faut vous cultiver par le biais de magazines, reportages, films cultes, jeux télévisés..... Il y a de quoi faire, à vous de piocher! Vous pouvez également vous ouvrir au monde artistique dans son ensemble. Oui, les artistes ont un mode de vie, une certaine mentalité!

Parlons maintenant de vos fidèles partenaires. Sans eux, vous ne pourrez rien faire. Il y a d'abord vos muses et sources d'inspiration. Vous suivez les premières de très près et ne vous voulez pas les rater. Sans forcément le savoir, ces auteurs vous soutiennent et vous confortent dans vos idées. Peut être même admettez vous les admirer?  Comme leur nom l'indique, vos sources d'inspiration sont là pour vos influencer. Elles vous donnent de la matière sans forcément vous guider. Pour ne pas perdre la main et continuellement vous entraîner, vous pouvez également intégrer ou animer un atelier.  Vous ne devez EN AUCUN CAS vous enfermer. La littérature est faite pour être découverte : laissez les portes ouvertes!

Vous devez former une équipe solide autour de vous. Avec elle, vous irez jusqu'au bout. Il y a bien sûr vos lecteurs potentiels mais également votre informateur et vos deux relecteurs. Le premier vous montrera comment optimiser vos chances, éviter les impairs. Votre relecteur attitrè sera votre correcteur. Il devra repérer vos erreurs et les corriger. Des modifications, il pourra vous en suggérer. Son successeur relira l'ouvrage achevé. Il pourra également le mettre en forme et c'est grâce à lui que votre démarche sera validée. Gr^ce à des lecteurs tests, un ouvrage de fiction pourra être commenté ou évalué.

Cet article touche à sa fin : je pense ne rien avoir négligé. Il s'agit de mes techniques et méthodes, rien ne vous oblige à les appliquer. Du fond du coeur, je vous souhaite de mener à terme vos projets, peut être même d'être publiés. Mes conseils et encouragements, vous les méritez. Ils font écho à votre fidélité.  Je vous quitte mais j'ai déjà hâte de vous retrouver.

Suite au prochain épisode!

 

bricoleur

 

 

26 janvier 2019

Mon héroïne

Sans prévenir, elle s'est éclipsée. Pendant plus de dix jours, elle m'a abandonnée. D'un coup, d'un seul, le manque a envahi mon pauvre petit coeur. Il m'a rongée de l'intérieur. Quand mon héroïne s'en va, alors je ne suis plus moi. Je me dégoute, je ne me reconnais pas. J'aimerais crier mais ne le peux pas. Soir et matin, je verse toutes les larmes de mon corps. J'évacue encore et encore. J'angoisse et je doute de mon sort. Je tremble comme une feuille, c'est plus fort que moi. Je m'énerve mais ne le devrais pas. Je n'y peux rien, je ne contrôle pas. Je vous en prie : ne m'en veuillez pas.

Ma douleur s'impose à moi. Elle me chamboule, me détruit, fait bien plus que ça. Ma vie s'en trouve totalement boulversée. Séquestrée chez moi, je ne peux plus exercer. J'avance à reculons, lutte pour me concentrer. Je pense très fort à mes étudiants et crains de les voir déccrocher. Je le sais : à leur âge, ils peuvent très vite se démotiver. Je vais sans doute peiner à les remobiliser. Je culpabilise de les voir s'impatienter. Je souffre de les voir me réclamer.  Mon moral ne cesse de vaciller. Je ne peux presque plus rien faire. Je tombe plus bas que terre et vis un véritable calvaire. Je donnerais tout pour voir leurs yeux briller, leurs rêves les plus fous se réaliser. Chaque heure est une heure de trop. Je vous l'avoue : je suis accroc!

Je ne peux ni jouer ni chanter. La scène, je suis contrainte de m'en éloigner. Mes passions dévorantes, je dois les mettre de côté. Impuissante, la musique ne parvient plus à m'apaiser. La solitude me pèse, devient très difficile à supporter. Je voudrais retrouver les choristes, comédiens et musiciens. Avec eux, je me sens vraiment bien. Auprès d'eux et avec l'aide de ma professeur, je brûle d'envie d'aller plus loin. Tous ensemble, ils me font tellement de bien.....

Micro en main, j'aimerais vous raconter toutes sortes d'histoires, vous surprendre ou vous émouvoir. Avec ces quelques mots, je l'ai sans doute déjà fait. L'écriture semble me sauver, j'espère bientôt être libérée..... Sans ma dose quotidienne, c'est pour moi pire que tout. Je suis comme une merde, écrasée en face de vous. Comparé à ce coup de poignard, mon handicap n'est rien du tout.

 Je n'ai pas changé. Je suis simplement dévastée. A son retour, c'est promis, je me relèverai. Je n'étais pas morte mais je ne tarderai pas à ressuciter. Fidèle à moi-même, je me battrai. La beauté de la vie, je la contemplerai. Chaque seconde, je la dégusterai. Je vous jure que je saurai en profiter. Ma joie de vivre reviendra. Si lourde soit-elle, ma peine se dissipera. Oui, j'ai compris la leçon. J'ai été secouée, pour de bon. Seigneur Dieu, exaucez moi: rendez moi ma voix !! !

 

Chanteuse

 

 

24 janvier 2019

La lecture éclair

Dans son tout premier roman, Amélie Nothomb nous parle des lecteurs grenouilles. Il s'agit pour elle de lecteurs qui passent entre les livres sans prendre une seule goutte d'eau. En parlant de la sorte, elle ne fait pas allusion à n'importe quels écrits mais à toutes ces ouvres qui ont marqué les espirts, traversé les époques. Elles les considère comme des oeuvre phares, des oeuvres choc. Pour ma part, je parlerai de lecteure éclair. Du plagiat, je ne veux pas en faire.

Quelque soit le genre littéraire dans lequel ils s'inscrivent, tous ces livres sont devenus de grands classiques. Cela vaut donc la peine qu'on les défende, analyse ou décortique. Aujourd'hui, ils sont lus par de nombreux enfants et adolescents. En réalité, beaucoup ne les parcourent pas vraiment mais font semblant. Pour obtenir de bons résultats à leurs contrôles, ils ne souhaitent pas se donner de mal. Ils se contentent de survoler un quelconque réusumé sur la toile.

Tous ces jeunes ont tort. Je le crie encore et encore. En les lisant, ils apprendraient à observer. Ils en ressortiraient grandis et cultivés. Non, il ne s'agit pas de se la pêter. Dans les conversations, les uns les autres, il ne faut pas se provoquer. Il faut simplement chercher à comprendre pourquoi les auteurs font ofice de référence. Si tel est le cas, le monde, ils le dépeignent bien mieux qu'on ne le pense. Ils nous montrent des choses et luttent pour des causes, LEURS causes. Ils ont frappé fort et chacun d'entre nous se doit de reconnaître leur talent. Il ne peut en être autrement.

Certains d'entre eux ont donné leur accord pour une ou plusieurs adaptations. Bien sûr, à la longue, il y a prescription. Si vous ne voulez pas tourner les pages, vous pouvez aller au théâtre ou voir un long métrage. Après tout, c'est bien mieux que le sabotage! Sur ce blog, les ouevres clé, je les aborderai. Encore une bonne raison de vous y intéresser!

En vous proposant ce court article, j'espère changer votre regard sur le passé. Je ne prétends pas y être arrivée ni ne veux vous forcer la main, loin de moi cette idée. J'espère simplement réveiller les fénéants et les inviter à remonter le temps. Cela vaut le coup, vraiment! Je vous quitte et reviendrai plus vive que l'éclair. Ensemble, vous et moi, vous avons à faire!

 

orage