Prête moi ta plume

19 juin 2020

Cher amour

Je t’ai espéré, tellement attendu

Après tout ce temps, je n’y croyais plus

On peut vraiment le dire : tu m’as bien eue

Tu m’as trouvée et réellement déçue

 

Au fond de mon cœur, toi, tu tu t’es glissé

Tu as pris ton temps pour le retourner

Il a rêvé, peu à peu déchanté

Volontairement ou pas, tu l’as brisé

 

Toi, tu disais je, moi, je disais nous

Toi, tu t’offrais à moi par petits bouts

Je t’ai aimé si fort, bien plus que tout

Pour nous, j’ai tout essayé, jusqu’au bout

 

Sois en bien sûr : moi, je voulais de toi

Sois en bien sûr, je ne t’oublierai pas

Non, je ne t’imaginais pas comme ça

Oui, dans ma vie un jour, tu reviendras

 

Pour toi, je changerai mes habitudes

Je saurai faire avec cet interlude

Non, je n’attendrai pas d’enfant de toi

Pourtant, je le sais : tu me combleras…..

 

Coeur

 

 

 

 

 


11 juin 2020

La Comtesse de Ségur

Microbio

Sophie de Rospotchine est née en 1799 à Saint- Pétersbourg, morte en 1874 à Paris, elle avait 75 ans. En 1817, elle est contrainte de rejoindre la France avec ses parents . Deux ans plus tard, elle y épouse le comte de Ségur avec qui elle aura 8 enfants. C’est en partie grâce à eux mais aussi à ses nombreux petits enfants qu’elle publiera une vingtaine de romans. Ceux-ci lui inspireront la plupart de ses personnages, tous très attachants.

Ses points forts

Dans chacun de ses romans, la comtesse dessine les contours d’une bonne éducation, éducation au cours de laquelle priment l’amour, la bienveillance, le respect et la discrétion. Elle prône le bien et condamne le mal, la maltraitance de l’enfant et de l’animal. Elle défend le plus simplement du monde des valeurs fortes, des valeurs qui tout au long de sa vie la portent. Ces valeurs nous semblent parfois disparues mais si l’on y croit, rien est jamais perdu ! Elle vous incite, chers parents à les inculquer mais ne voudra jamais vous forcer. Pourquoi pas essayer ?

Ses romans

Voici ci-dessous cinq de ses romans qui m’ont particulièrement marquée. Peut-être les apprécierez vous également ? Pour le savoir, lisez les tout simplement !

Il y a bien sûr la fameuse trilogie :

- Les malheurs de Sophie (1858)

- Les petites filles modèles (1858)

- Les vacances (1859)

Je voudrais également vous conseiller deux romans indépendants :

- Les mémoires d’un âne (1860)

- L’auberge de l’ange gardien (1863)

Tous ces romans s’adressent avant tout aux jeunes enfants mais je vous assure qu’il est très utile de les relire à l’âge adulte, en portant sur eux un regard différent. Cela instruit, cela détend. Vous pouvez également en découvrir ou redécouvrir d’autres mais je ne vous en demande pas tant:)

 

Ségur

10 juin 2020

La lecture engagée

Comme son nom l’indique, la lecture engagée n’a rien à voir avec un simple résumé. Il ne s’agit en aucun cas d’ouvrir un livre pour en extraire bêtement le contenu avant de le synthétiser. Ce mode de lecture suppose au contraire de saisir le sens des mots, de se poser des questions. En rédigeant cet article, je pense majoritairement à l'exploitation de livres de non fiction. Je vous l’accorde : les romans ouvrent également de nombreuses pistes de réflexion !

Au fil des pages, tâchez de mettre de côté les passages ou citations qui feront naître en vous l’inspiration. Appropriez vous des concepts, mettez des conseils ou stratégies en application. Adoptez VOTRE code de notation, faîtes confiance à votre intuition pour passer à l’action.

Vous pouvez recourir à des formes ou symboles, utiliser différentes couleurs, tout est bon ! De cette façon, au moment voulu, vous pourrez très facilement retrouver de précieuses informations. Vos notes seront peut-être à l’origine d’une toute nouvelle création !

Plongez vous dans le livre choisi pendant quelques minutes, quelques heures. Lisez avec la tête, les tripes et le cœur !

notes

Le prix Goncourt

Il s’agit du prix littéraire le plus convoité. Grâce à lui, les poètes, biographes et romanciers français les plus imaginatifs sont récompensés. Pour l’obtenir, inutile de postuler. Sur un ouvrage, l’éditeur doit une seconde fois parier. Par ce même éditeur, au président du jury, l’ouvrage en question doit être envoyé.

En d’autres termes, cette distinction peut tomber dans votre escarcelle comme une grosse goutte de pluie sur le coin de votre nez. Peut-être même penserez vous ne pas la mériter. Pas de panique : une fois seulement,cela peut vous arriver.

Pour départager les auteurs en concurrence, à trois reprises, les dix membres du jury vont voter. Entre quatre finalistes, ils devront finalement trancher. En novembre de chaque année, le grand vainqueur est annoncé. A ce jour, par Didier Decoin, ce grand jury est présidé. Ce dernier succède à Bernard Pivot qui en 2019, choisit de démissionner. D’un statut honorifique, il préfère se contenter.

En 1892, par Edmont de Goncourt, ce prix prestigieux est créé. En 1902, l’académie du même nom voit le jour et un an plus tard, le tout premier lauréat est dévoilé. Je suis de votre avis : c’est un truc de fou. Cela dit, pourquoi pas vous ?

 

Goncourt

 

 

12 mai 2020

La bête

 

What do you want to do ?
New mail
Chers lecteurs, 
Dehors, dedans, le Coronavirus est partout. Même déconfinés, soyez prudents et prenez soin de vous. Le confinement nous permettra sûrement d'en venir à bout. Pour cela, ne faites pas de folies, ne gâchez pas tout. A vous, les professionnels de santé, je dis merci pour tout! 

Tu nous arrives de Chine, sale bête

Tout à coup, tu nous prends la tête

Tu n’es qu’un intrus, rien de plus

Tu t’appelles Coronavirus

 

Tu sévis dans le monde entier

Très vite, tu nous fais confiner

Tu nous prives de nos libertés

Tu prends plaisir à nous tuer

 

Notre moral joue au yo-yo

On a des bas et puis des hauts

Dedans, dehors, tu es partout

Tu penses avoir raison de nous

 

Tu veux détruire nos sociétés

Tu nous empêches de nous aimer

Oui, tu nous fais vraiment très peur

Tu fais souffrir nos pauvres cœurs

 

La grande guerre, tu l’as déclarée

Contre toi, on est tous ligués

On se bat et on va gagner

Très bientôt, tu vas trépasser !

 

 

image virus

 

What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail


01 février 2020

Les phrases en or : épisode 7

L'auteur regarde l'Histoire par une autre fenêtre

Cette phrase fort intéressante a été prononcée par l'écrivain Franck Bouysse sur le plateau de la grande librairie, émission littéraire hebdomadaire animée par le talentueux François Busnel. En prononçant ces mots, l'auteur dit vouloir aténuer la souffrance causée par de nombreux événements historiques nationaux ou internationaux. Sur certains de leurs aspects, il dit pouvoir se focaliser. Sur eux, il compte bien mettre l'accent tandis que d'autres seront mis de côté. Ces évènements, il est possible de les embellir, de les déformer. A tout moment, les écrivains peuvent en modifier l'origine ou le déroulé. il ne s'agit en aucun cas de les oublier mais plutôt de les vivre autrement pour mieux les assumer. Oui, les souvenirs doivent être cultivés mais non, ils ne doivent pas nous empêcher d'avancer. 

Personnellment, je n'oublie pas non plus la petite histoire. Selon moi, chacun de nous peut se réinventer une vie au coeur de laquelle certains chapitres seront ajoutés ou d'autres supprimés. Plus que d'autres, certaines personnes peuvent compter. Du fond de notre imagination, à tout moment, des personnages peuvent émerger. Par notre moi intérieur, nos proches, notre société ou notre quotidien, ceux-ci nous sont inspirés. Sur eux, nous pouvons peut-être nous défouler. Grâce à eux, nous aurons sans doute l'occasion de faire bouger les choses ou du moins de témoigner. Bref, nous saisirons bien des opportunités.

Si nous posons les mots sur le papier, nous savons toutes et tous nous écouter. Grâce à nos écrits, nous accédons à la VRAIE liberté. Compilés ou non dans un livre, les mots qui composent notre belle langue nous permettent de nous exprimer. Nous pouvons choisir de dépeindre des réalités ou au contraire de nous laisser aller.

De quel côté préférez vous vous placer?  Pour le savoir, écrivez!

fenetre

La grammaire est une chanson douce

Elu à l'académie française, Erik Orsenna a toujours aimé et défendu la langue de molière. Il est conscient de sa richesse, de toutes les nuances qu'elle permet de faire. Pour elle, il est capable d'analyser, de conter et de raconter. Une série de six contes, il a donc créé. Je vous en recommande un dont voici un court résumé.

Scolarisés en classe de CM2, Jeanne et Thomas partent en vacances aux Etats-Unis pour passer du temps chez leur mère. Hélas, leur bateau doit affronter une énorme tempête et n'arrivera jamais à destination. Les deux enfants en resssortiront vivants mais muets. Ils échoueront sur une ile bien mystérieuse, île sur laquelle ils devront tout réapprendre.......

Grâce à une intrigue concentrée et bien ficelée ainsi que de riches illustrations, l'académicien témoigne de l'amour porté à sa lange, sa culture et sa nation. Il évoque non seulement la grammaire mais aussi certains auteurs clé, le poids des mots ou leur rareté. son conte est publié aux éditions Stock et paru le 28 janvier 2001. Croyez moi : il s'agit d'un grand petit livre à mettre entre toutes les mains!

 

Grammaire

28 janvier 2020

Passez moi l'expression : épisode 6

Etre une personne lambda

Comme vous le savez, une personne lambda est plutôt noyée dans la masse et ne parvient que très difficilement à se distinguer de ses semblables. Elle évolue normalement, obtient des résultats proches de la moyenne, paraît ne rien avoir d'extraordinaire. Cette personne est comme tout  le monde. On l'appelle d'ailleurs madame ou monsieur tout le monde.

Dans l'alphabet grec, la lettre lambda équivaut au L latin. Elle occupe donc la douzième position sur vingt six, est positionnée en son milieu. C'est tout le contraire de la lettre alpha, équivalente du A qui occupe la première, la meileure place et mène donc le jeu. Vous comprenez donc maintenant pourquoi cette lettre a été choisie parmi d'autres pour évoquer une personne comme les autres.

Ce n'est pas bien compliqué :)

Pour évoquer d'autres expressions ou en tout cas poursuivre nos aventures littéraires, il me tarde de vous retrouver. En attendant, je vous souhaite à toutes et tous une excellente journée!

 

Citoyen

 

 

18 janvier 2020

Bernard Werber

Une voie toute tracée

Bernard Werber est né en septembre 1961 à Toulouse . Depuis sa plus tendre enfance, il prône l’originalité, souhaite se démarquer. Par tous les moyens, il cherche à s’évader. Très vite, il se découvre un goût prononcé pour le dessin ainsi que l’envie d’explorer le genre humain. Il écrira des nouvelles puis divers articles (scientifiques ou autres) avant de songer à finaliser un roman. En 1991 paraît le premier tome de la saga des fourmis, ouvrage au sujet duquel les lecteurs restent méfiants. De même, les journalistes n’émettent que quelques timides critiques , rien de bien excitant. Aujourd’hui pourtant, cet homme doit gérer un succès grandissant. Comme on dit chez nous : lentement mais sûrement !

Un auteur singulier

Bernard Werber peut être fier d’avoir donné la vie à un genre littéraire fort intéressant : la philo-fiction. Vous l’aurez compris : c’est de l’homme dont il est question. L’auteur essaie de mieux définir la place qu’il occupe dans l’univers. Pour lui, il imagine un monde à refaire. Il s’interroge sur son attitude, ses habitudes, son évolution. Avec les animaux ou les végétaux, il tente de le mettre en communication. Les hommes devront progresser, avancer mais……………. dans quelle direction ? Pour répondre à cette grande question, l’écrivain mixe délires, projections et informations. Oui : ses écrits semblent appartenir à une toute nouvelle dimension mais non, ils ne peuvent être totalement assimilés à de la science fiction. En nous les proposant, ce romancier désormais reconnu nous donne non seulement l’opportunité de nous cultiver mais également celle de nous repositionner pour peut-être réellement changer. Notre monde va sans doute se voir révolutionné. Au fil des pages, à une telle révolution, nous pouvons en quelque sorte nous préparer. Après une longue journée de travail, nous nous accordons une pause détente bien méritée. Sincèrement, vous devriez essayer !

 

Quelques pistes de lecture

Voici ci-dessous les titres de trois romans qui m’ont particulièrement marquée. Dans un ou plusieurs cycles, certains d’entre eux sont insérés. En se plongeant dedans, ma tête s’est littéralement vidée. Dans l’univers Werber, je compte continuer de fouiller:)

- Le sixième sommeil (Albin Michel,2015)

- Demain, les chats ( cycle des chats, tome 1, Albin Michel, 2016)

-Sa majesté des chats ( Cycle des chats, tome 2, Albin Michel, 2019).

Bernard Werber

02 janvier 2020

Ecrire un roman

Étape 1 : la classification

Je choisis le genre dans lequel va s’inscrire mon livre et je me renseigne sur les normes et/ou attentes associées à ce genre. Il s’agit bien entendu de la case ‘’genre’’ du tableau logistique.

Étape 2 : la thématisation

Je trouve une idée, une thématique générale pour mon écrit, réel ou fictif. Cette idée peut être associée à la case ‘’thématique’’ du tableau logistique.

Étape 3 : L’exploration

Je liste l’ensemble des sous thèmes que je veux traiter dans mon écrit, l’ensemble des messages que je souhaite véhiculer ou valeurs que je souhaite défendre auprès de mes lecteurs. Cette étape vise à dégager les dimensions émotionnelles (fiction) ou intellectuelle (réel) de mon écrit. Il s’agit de préciser la case thématique du tableau logistique. On note ici l’importance des éventuels mélanges.

Étape 4 : la conceptualisation

Je résume le contenu de mon écrit sur une page, je mentionne toutes les étapes clé , y compris la fin. Je suis le fil de mes pensées, je sais exactement où je veux aller. Un concept est jugé bon lorsqu’il est innovant, sociétal et/ou personnel.

Étape 5 : la création des personnages

Je crée des personnages distincts les uns des autres, apprends à les connaître et à me les approprier avant de définir le rôle joué par chacun d’eux dans mon intrigue. Je leur attribue des signes distinctifs et je donne le moyen à mes lecteurs de s’y identifier, de les aimer ou de les détester.

Étape 6 : la structuration

Je dessine la trame de mon roman de A à Z, je le découpe correctement et je fais plusieurs choix. Je veille à instaurer un rythme, à être logique et cohérente. Je veille à équilibrer mes chapitres et à choisir un mode chapitrage approprié.Il y a une situation initiale (incipit), des rebondissements, un point de climax (apogée du livre) et une fin soignée. Chaque chapitre doit comprendre un début, un développement et une chute. Je peux introduire des scènes sans rebondissements. Il y a des passages dits chargés et d’autres plus calmes pour laisser souffler les lecteurs. Je dois retenir que chaque ouvrage est pour le lecteur un voyage ou un tour de manège fort agréable. Je pense donc non seulement à la destination mais également à toutes les visites, étapes ou escales.

Etape 7 : la documentation

J’effectue des recherches approfondies si besoin est ou réunis tous les documents/éléments que je compte utiliser et ce quelque soit leur nature. Je m’appuie ensuite sur ces documents pour arriver à mes fins et gagner en crédibilité.

Etape 8 : L’animation du roman

Je sais où je veux aller, par où je veux passer. Je dois maintenant faire des choix et prendre des décisions sur la manière de procéder pour arriver à mes fins, faire vivre mes personnages et mon intrigue. Pour cela, je plante le décor et instaure une ambiance, un milieu. Je sais ce que je cache ou dévoile à mon lectorat, qui sont le ou les narrateurs.

Etape 9 : la rédaction

C’est UNIQUEMENT à cette étape du processus créatif que je peux rédiger à proprement parler. Je tâche de soigner ma plume en accordant un degré d’importance égale à la langue, la ponctuation, mes tournures de phrases. Mes mots doivent refléter mes pensées et celles de mes personnages ou illustrer des propos précis. Je dois tout faire pour écrire vrai et parlant.

Etape 10 : la relecture et révision

Il s’agit de prendre du recul pour mes écrits pour éliminer seule un maximum d’erreurs puis de confier ces mêmes écrits à deux personnes de confiance qui évalueront la langue et le fond. L’une de ses personnes pourra me suggérer des modifications que je serai libre de faire ou non. Je dois être capable de justifier ma position auprès de mes deux relecteurs réviseurs, de répondre à leurs éventuelles questions.

Étape 11 : le titrage

Je trouve le titre de mon ouvrage ou me basant sur son contenu. Il est préférable de consacrer un certain temps à cette étape cruciale mais certains titres peuvent apparaître comme des évidences avant même de parcourir le processus créatif (étape 0). Les maisons d’éditions peuvent accepter le titre initial ou discuter avec moi pour le modifier (pas assez accrocheur, vendeur ou doté de connotations non désirées). Les titres ne sont pas des marques déposées. Il est donc possible de prendre le titre d’une œuvre existante. Cependant, cela amoindrit la qualité de recensement de l’ouvrage. En résumé, mieux vaut opter pour un titre original et personnel.

Etape 12 : la prospection

Je fais l’inventaire des maisons d’édition susceptibles de valider mon projet (maisons cibles). Pour cela, j’examine leur ligne éditoriale (genres acceptés) et je m’appuie sur les maisons hébergeant des auteurs connus qui m’inspirent. Je relève leurs adresses postales, leur délai de traitement et leur département ou service s’ils sont précisés.

Étape 13 : le grand test

Il s’agit de tester mon titre et mon ouvrage achevé auprès d’un maximum de proches. Ils lisent mes pages dans un délai imparti sans rien modifier. Je leur propose de critiquer l’ouvrage, de me donner leur ressenti, ce qu’ils sont libres de faire ou non. Il est préférable que je leur pose des questions précises pour éviter les banalités telles que ‘’ça me plaît beaucoup’’ ou ‘’je ne suis pas rentré dedans’’.

Etape 14 : le remaniement (facultatif)

Après avoir analysé les retours de mes proches, je peux décider de remanier mon écrit pour tenter d’en améliorer la qualité. Cela n’est pas obligatoire mais pour éviter cette étape, il est préférable d’avoir environ 60 % de retours favorables.

Étape 15 : la présentation

Je m’adresse à mes éditeurs potentiels sous forme de lettre pour accompagner mon manuscrit, le présenter et le mettre en valeurs. Je tâche d’éviter les banalités et de m’appuyer sur mes aspirations profondes. En prévision d’une éventuelle publication, je demande à une personne de confiance de rédiger ma courte biographie.

Étape 16 : la soumission

Je mets mon ouvrage en forme en gérant toutes les parties annexes, l’imprime et le relie (préférable) pour le soumettre aux éditeurs listés au préalable.

Étape 17 : la vie du livre

Je gère les retours des éditeurs et prends des décisions en conséquence. En cas de réponse positive, je gère la vie et l’évolution de mon livre en me laissant guider par mon éditeurs (gains, ventes, marketing, couverture, résumé, logo…..).

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour partir à la recherche de votrre tout premier concept ou améliorer les précédents. Je sais que cela peut paraître compliqué mais totues et tous, vous méritez d'y arriver. C'est pourquoi, en , je vous encourage à ne rien lâcher. Bonne chance!

Plume