Prête moi ta plume

12 janvier 2019

Passez moi l'expression : épisode 3

Se mettre sur son 31

Pour les fêtes de fin d'année, peut être vous êtes vous mis sur votre trente et un. Quelque soit votre réponse à cette question, je vous propose de découvrir d'où nous vient cette fameuse expression! Il n'y aurait pas une mais deux explications.

Certains la rattachent à un jeu de cartes du même nom, jeu dont l'objectif serait d'obtenir trente et un points. Nous sommes là très loin des tenues de gala. Personellment, je n'y crois pas. La seconde hypothèse émise est beaucoup moins risible et donc plausible.

En s'exprimant de la sorte, on ferait allusion à un drap de qualité, drap dont la trame est cousue de trente et un fils. Ce drap est connu sous le nom de trentain. Oui , vous lisez bien! Il ne s'agit ni d'un numéro gagnant ni du prix d'un vêtement. L'expression est née suite à une erreur de pronociation : tout simplement!

 

élégance

 

 


02 janvier 2019

Meilleurs voeux!

Bonjour à tous,

Ce court message est rédigé dans le simple but de vous remercier. Merci à tous pour vos lectures et commentaires associés. Merci pour votre belle fidélité. Cela fait maintenant presque cinq mois que je tiens ce blog, avec plus ou moins d'assiduité. Mes articles semblent vous plaire, vous intéresser. Cela ne peut que me toucher.

Je vous souhaite à toutes et à tous une belle et heureuse année 2019. Que celle-ci vous garde en ecellente santé et vous permette de concrétiser vos plus beaux projets (littéraires ou autres) tout en profitant de la compagnie de vos proches. Prenez bien soin de vous.

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Marlène

 

meilleurs voeux

 

 

 

 

Prête moi ta plume.....

Attirées par les métiers de l'écriture, certaines personnes acceptent d'écrire à la place de tous ceux qui ne sont pas en mesure de le faire. Elles espèrent ainsi les sortir de la galère. Je veux bien sûr parler des écrivains publics. Ces professionnels se rendent utiles tout en arrondissant leurs fins de mois : vraiment pratique!

Qui est l'écrivain public ?

L'écrivain public rédige toutes sortes de documents à l'intention de particuliers, de professionnels ou pour le compte d'associations. Il aime donner de son temps, dit ne pas pouvoir faire autrement. Il s'agit le plus souvent de documents administratifs (lettres, rapports, mailing....), plus rarement de documents à usage privé (faire-part, courriers personnels.....) ou de récits de vie. Ce n'est pas mal du tout. Il y en a pour tous les goûts! Pour être à l'aise dans la profession, il est fortement conseillé de se montrer à l'écoute et de faire preuve d'empathie. Il faut par ailleurs être mobile et relativement disponible. De plus, vous ne pourrez être diplômés sans attester de compétences rédactionnelles. Vous êtes francophones, votre langue doit être maîtrisée. Les fautes d'orthographe, de grammaire ou de syntaxe, vous ne devez pas les laisser passer.

Dans quelles conditions travaille t'il?

La plupart du temps, les écrivains publics exercent à temps partiel, environ 16 heures par semaine. Ils ne gagnent pas des mille et des cents, juste 600 euros par mois. Je suis d'accord : c'est déjà ça! Ils mettent leurs compétences au service de personnes trop occupées ou tout simplement illétrées. Si tous ces clients sont en difficultés, ils fournissent de gros efforts et n'ont absolument rien demandé. Raison de plus pour les aider!

Comment se forme t'il?

Pour prétendre au statut d'écrivain public, il convient de suivre une formation par correspondance, formation parfois complétée par un stage effectué dans les locaux de certains organismes. Il peut s'agir du Centre National d'Enseignement à Distance (CNED) ou d'un autre organisme tout aussi réputé. Une fois les frais d'inscription réglés et votre dossier enregistré, vous recevrez vos cours chez vous, sous forme de fascicules reliés. Ces cours porteront sur :

- la profession en tant que telle

- l'informatique (traitement de texte, graphisme)

- le droit civil

- la graphologie (lien entre écriture et personalité)

- l'étude de certains genres littéraires

- la rédaction d'écrits de synthèse

Alors, vous seriez intéressés? En tout cas cela ne coûte rien de vous renseigner! Pour ma part, je me devais de vous informer. Voilà qui est fait!

 

écrivain

31 décembre 2018

L'invité surprise

Pendant de nombreuses années, je l'ai cherché. Pour ce faire, le moindre recoin de mon existence, je l'ai fouillé. Sous toutes ses coutures, je l'ai inspectée. Au plus profond de mon être, j'ai espéré. Après tout ce temps, je n'y croyais plus. Pour moi, c'était tout simplement fichu. Toutes mes chances, je les avais perdues.

Un beau jour, d'un coup d'un seul, il est arrivé. Sans prévenir, il a rappliqué. Ce jour là, j'ai compris que je l'avais enfin trouvé. Vous n'imaginez pas à quel point j'étais soulagée. A vrai dire, je l'ai toujours cotôyé. Il est près de moi et ne m'a jamais quittée. Il me suit partout, tel un gros toutou.

Il est présent au sein de mon foyer. Je le sens qui veille sur mes amis, ma famille proche ou éloignée. Il m'accompagne lorsque je m'adonne à mes activités. Celles-ci sont si nombreuses que je ne peux toutes les citer. De sa toute petite voix, il me rappelle que je suis en bonne santé. Par la famine et les maladies, j'ai été épargnée.

Je suis saine d'esprit, en liberté. Il me le répète du soir au matin, je ne risque pas de l'oublier. Grâce à lui, j'ai vraiment changé. Les épreuves, je peux maintenant les accepter. Il m'a sans doute aidée à les surmonter. J'en sors grandie, je me suis forgé un caractère bien trempé. Il a clairement assuré!

Depuis notre rencontre, je fais de mon mieux pour ne pas trop râler. Je tâche de ne pas me plaindre ni me lamenter. Ma vie, j'ai appris à l'apprécier. Je dirais même plus : je commence à l'aimer. Je sais combien elle est précieuse, je compte bien en profiter. Je veux bien sûr parler du bonheur qui nous met tant de beaume au coeur!

 

bonheur

 

 

14 décembre 2018

Les phrases en or : épisode 5

Le livre est un détonateur.

Lors d'une interview dnas une petite librairie de province, Amélie Nothomb a prononcé cette phrase. Ce faisant, elle tentait de définir les bons livres. Je lui donne mille fois raison. L'écriture est un art extrèmement riche. Dans la langue de Molière, nous avons toutes et tous la possibilité de véhiculer nos messages, soumettre nos idées et les défendre. Plus ou moins talentueux et expérimentés, les auteurs sont pleins d'intentions et de convictions. Ils écrivent pour émouvoir, promouvoir, militer, s'évader.....

En publiant leurs romans ou autres ouvrages, ils espèrent susciter des réactions ou provoquer diverses émotions. On s'attache à leurs personnages, on peut peut être les détester. Ces derniers peuvent nous dégoûter, nous faire rire ou pleurer. Certains propos peuvent nous frapper, faire naître en nous une réflexion. On décide de réfuter ou corroborer certains arguments, partager une vision ou une opinion. Certains d'entre nous ont de véritables déclics ou prises de conscience.

Ils prennet alors des des initiatives ou initient un quelconque mouvement. La lecture est peur eux un élement déclencheur, une activité qui ne laisse jamais indifférent.  c'est ainsi et pas autrement. Le livre n'est pas seulement un produit commercialisé mais également une bombe prête à exploser. Ne cherchez pas à la désamorcer : elle est trop bien programmée!

Lire, c'est être mis face au réel dans sa forme la plus concentrée.

Cette seconde affirmation est extraite de son roman Antéchrista, publié en 2003. A mon sens, elle est bien plus discutable que la précédente. Oui, la lecture est une ouverture sur le monde. Elle permet de s'informer et de voyager sans même quitter le canapé dans lequel on est confortablement installés. Elle peut nous transporter loin, très loin dans le passé. Dans les livres sont décrites des scènes tirées de notre quotidien ou faisant écho à l'actualité.

D'un autre côté, les genres littéraires sont tous différents, très variés. Si je me réfère à la science fiction ou à la fantasy, je constate que le réel est déformé. Certains auteurs nous poussent même à délirer. Ils prétendent établir des liens avec nos sociétés. Cependant, pour les trouver, il faut souvent bien chercher......

Dans tous les cas, ouvrons grands nos yeux et nos esprits! La lecture étonne, émerveille,  interpelle : ce n'est pas fini!

Bombe

 


11 décembre 2018

Sciences humaines

Vous le savez : la presse écrite est plutôt mal en point. Les français la lisent de moins en moins. Cependant, à mon sens, les choses peuvent encore changer. Je continue à y croire. C'est pour cette raison que je reviens vous voir. Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'une revue qui ne cesse de m'intéresser. 

Il s'agit de sciences humaines dont le premier numéro est paru en novembre 1990. Ce magazine exixte depuis bientôt 30 ans,il ne faut pas le laisser partir aux oubliettes! Comme vous pourrez le constater, ses rédacteurs piochent un peu partout. Il y en a vraiment pour tous les gôuts. On y parle d'éducation, de sociologie ou de psychologie. Vous pourrez aussi y lire des articles sur différentes tribus ou étnies. Pourquoi pas partir en Amazonie? 

Vous pouvez vous contenter de textes courts ou au contraire feuilleter un hors série, un grand  dossier. La rédaction tient compte de l'actualité et de l'évolution des sociétés. C'est pourquoi, il peut être question d'immigration, de violence ou de sexualité. Je n'oublie pas non plus l'alimentation ou la communication. Les rubriques sont si nombreuses que je ne peux toutes les citer. Je prendrais le risque d'en oublier. Chaque mois, certaines sont ajoutées ou supprimées. Certains sujets ont la priorité. Le focus peut être mis sur une personalité.

En revanche,des lectures vous seront systématiquement suggérées. Il s'agit le plus souvent de témoignages ou d'ouvrages de réflexion. Sur les dernières pages, vous retrouverez l'agenda : certains évènements retiendront peut être votre attention. En rédigeant cet article, j'ai voulu vous aider dans la sphère professionnelle comme privée. Vous seuls pouvez me dire si oui ou non j'y suis arrivée.

Vous pouvez vous abonner comme moi ou simplement le lire une fois. Si vous ignorez mon conseil, je ne me vexerai pas. La décision vous appartient et je vous retrouve très bientôt. Noël approche et sur ce blog vous attendent de nombreux petits cadeaux!

 

Sciences humaines

 

 

05 décembre 2018

Lionel Behra

Présentation

Vous le savez : j'écris régulièrement, j'aime sincèrement les mots et espère un jour publier mon premier ouvrage. Le 17 novembre dernier, j'ai eu l'honneur et le plaisir de rencontrer un auteur Nancéien qui j'en suis certaine regorge de talent. Je me devais de vous le présenter et m'apprête à la faire dés maintenant.

Lionel Behra est à la fois romancier et professeur de droit. Fan de séries à suspense telles que 24h chrono, Lost ou scandal, il ponctue ses récits de nombreux rebondissements. Il aime non seulement les enquêtes policières mais aussi la science fiction ou l'histoire. Amateur de  scrabble, il choisit ses mots avec le plus grand soin.

Ses romans

A ce jour, monsieur Behra a publié trois romans et une encyclopédie pour enfants. Si vous souhaitez les découvrir, vous pouvez vous servir!

- les arcanes du temps, 2013

-l'auréole des condamnés, 2014

- ubiquity ,2016

- l'encyclopédie des revenants et des non-morts : fantômes, vampires et zombies , 2017

 

Pour contacter l'auteur, rendez lui visite sur canalblog!

 

Lonel Behra

 

23 novembre 2018

Avec le temps.....

Je lis des ouvrages divers et variés. J'écris beaucoup sans jamais avoir publié. Pourtant, les livres commencent à me parler. Mes efforts commencent à payer. Un jour, j'espère les voir récompensés. Je choisis mes thèmes, mes mots, les temps employés. Cette micro expérience, c'est avec vous que j'ai choisi de la partager. En rédigeant cet article, je souhaite vous éclairer.

Commençons par le commencement. Voyons ce qui se passe si vous vous exprimez au présent. Une chose est sûre : vos écrits seront plus vivants. Vous impliquerez davantage vos lecteurs et les inciterez à la visualisation. Ils participeront à chacune de vos scènes, à leur façon.  Ils entreront dans votre intrigue. Comme elle, ils progresseront pas à pas. Eux seuls décideront de s'arrêter ou pas.

Le passé composé permet de revivre une expérience de l'intérieur. Le passé hante vos personnages et leur ronge le coeur. Ils ont mal, peut être peur. Bien que l'évènement soit ponctuel, ils ne peuvent pas l'oublier. Avec vos lecteurs, ils ont des tas de sentiments à partager. Egalement appelé temps du récit, l'imparfait et le passé simple ont leurs fonctions respectives.

Le premier sert souvent les descriptions. Grâce à lui , on parle de nos habitudes ou marque une évolution. Le second permet de relater les faits de l'extérieur. La prise de distance est volontaire. Les interveanants peuvent être des personnages secondaires. Si vos héros s'expriment au passé simple, ils font preuve de détachement et n'accordent que peu d'importance aux évènements. Enfin, le conditionnel permet avant tout d'émettre des hypothèses. Couplé avec l'imparfait, il peut inciter les leceurs à la rèverie. Ma foi, j'espère que vous avez tout compris!

N'oublions pas le futur simple qui peut lui aussi nous donner du fil à retordre. Tout comme le conditionnel, il est synonyme de projection et permet de poser certaines conditions. Il donne également à vos personnages une bien belle ocasion : celle d'affirmer de fermes intentions Je précise que mes remarques ne s'appliquent qu'à la fiction.. Ma foi, tâchez de ne pas vous emméler les crayons!

 

Temps

 

10 novembre 2018

Sabine

Depuis ma prise de fonction au collège Louis Pasteur en septembre dernier, mes proches me comparent à un gros matou qui attend avec impatience les deux mois d'été pour partir en vacances avec toute sa marmaille et ne rien faire d'autre que se dorer la pilule au soleil ou bouffer une grosse glace entre deux baignades. Mon maître ne serait qu'un simple fonctionnaire formaté qui se contente de réciter les mêmes règles de grammaire d'une voix soporifique avant de quitter la salle de cours sans demander son reste. La seule chose qui compte, c'est de voir tomber les pepettes à la fin du mois.

Mon amie d'enfance, plus vache encore, me surnomme Mme la commissaire Selon elle, je me bousille la santé en ramassant les nombreuses boulettes de papier balancées en direction de mon bureau. Je perds un temps précieux en essayant de recadrer les retardataires, absents ou fumeurs multirécidivistes. Je suis assez barge pour vouloir faire taire les pipelettes professionnelles ou émerger les marmottes imperturbables. Je contribue à vider et ramollir ma cervelle de moineau en encaissant les pires injures ou en essayant de remobiliser ces cons finis, cette bande de cas sociaux ou de bons à rien.

Non, le métier d'enseignant n'est pas de tout repos,encore moins dans le secondaire. Non, je n'ai aucun pouvoir magique. Non, je ne peux pas faire de miracles ni changer le monde mais oui, j'ai choisi l'anglais. Je me suis battue, j'ai gagné le droit d'exercer et je le fais avec enthousiasme J'ai l'intime conviction d'agir à mon niveau pour faire bouger les choses.

En effet, mes apprenants et moi-même voyageons sur une planète bien particulière. Certains sont effrayés et d'autres intrigués ou émerveillés à l'idée d'en fouler le sol. Ensemble, nous évoquons d'autres croyances, traditions ou modes de vie. Nous ouvrons notre esprit pour échanger, partager et redessiner un monde plus respectueux de nos différences. Quelle belle aventure !

C'est avec plaisir que je permets aux plus curieux de s'aventurer dans des contrées plus ou moins lointaines pour non seulement consolider leurs acquis mais aussi et surtout s'en mettre plein les yeux. Ils peuvent alors acheter les babioles qu'ils offriront à leurs familles ou encore déguster les plats qu'ils ont eux-mêmes commandé. Pas mal, non ?

Au fil des semaines, des liens se tissent et tous passent de très bons moments en ma compagnie. Ensemble, ils s'amusent et gravissent une à une les marches qui mènent à la réussite. Fiers de leurs parcours respectifs, ils osent s'exprimer sur des sujets divers et variés ou exposer des idées parfois farfelues. Les plus avancés prennent tous les risques et se lancent des défis de taille ou affichent les meilleurs résultats. Chapeau bas !

Avec du temps, de l'énergie, de la volonté et une bonne dose de patience, je parviens le plus souvent à rassurer ou remotiver les plus fragiles. Certains s'entretiennent avec moi en espérant résoudre des énigmes plus ou moins coriaces Je les écoute attentivement et fais tout mon possible pour leur fournir les réponses attendues, la clé qui leur ouvrira de nouvelles portes.

Pour former les locuteurs de demain, il faut souvent se creuser la tête, se montrer créatif et novateur. Il faut donner et se donner. Croyez moi, les efforts paient. Rien ne vaut leurs sourires, leurs éclats de rire, leurs petits mots ou petites intentions. Rien n'est plus beau que leurs yeux pétillants de bonheur.

Bravo, merci et à l'année prochaine !

Bien que pure fiction, le texte que j'ai rédigé est en lien avec mon métier d'enseignante. Je tiens d'ailleurs un blog pédagogique que vous pouvez consulter à cette adresse :

www.pedagogix.net

Vous pouvez aussi consulter le blog de mon amie proche qui elle aussi publie ses crits personnels, sans pour autant me copier : www.mafacondecrire.fr

N'hésitez pas à vous exprimer :)

 

professeur

 

 

 

 

 

 

Les donneurs de voix

En 1972, Charles-Paul Wanenbruck, médecin ophtalmologiste, ouvre la première biliothèque sonore française. Cet établissement voit le jour à Lilles. Au jour d'aujourd'hui, l'association des donneurs de voix compte 114 bibliothèques réparties sur tout le territoire national. Pour permettre aux mal-voyants ou non voyants d'accéder à la lecture, les bénévoles enregistrent leur version audio de bien des ouvrages, grands classiques ou relativement récents.

Ils choisissent eux-mêmes leurs titres, sous réserve que ceux-ci ne soient pas déjà répertoriés dnas le catalogue national. On évite les doublons, c'est tout à fait normal. Ils donnent de leur voix et de leurs temps. Cette belle action est bien plus longue à réaliser qu'une lecture muette, surtout pour un débutant. Pensez à tout ce que vous pourriez apporter, des milliers de personnes vont sans doute vous remercier. Cela dit, réfléchissez bien avant de vous engager!

Pour devenir bénévole, il vous faut utiliser correctement votre ordinateur personnel (PC ou Mac) sur lequel sera installé un logiciel. Le personnel sera là pour vous former mais les connaissances informatiques de base devront être préalablement maîtrisées. Vous devrez vous-même classer les différents chapitres dans des dossiers prévus à cet effet. Il n'y a pas de date butoir pour déposer un enregistrement, seulement un quota à respecter tous les ans.

Aux côtés des donneurs de voix, il y a les donneurs de temps. Tous ces gens assurent les permanences hebdomadaires, préparent des enveloppes. Ils peuvent également envoyer des CD ou en contrôler la qualité. Les adhérents de chaque bibliothèque doivent souffrir d'une pathologie ou d'un handicap visuel reconnu. Si vous pensez pouvoir les aider, vous ne serez pas déçus. Chaque année, un prix est decerné. Un jour, peut être, vous le recevrez!

Je suis moi-même intervenue pendant quelques mois à la bibliothèque sonore de Nancy, mise en place au sein de la médiathèque municipale. On avait mis ma diction à contribution. Bien que retirée du dispositif, je considère la lecture comme un trésor. Pour le faire découvrir, on peut bien faire un effort!

 

aveugle